Mai 2013 - La Côte d'Azur fait son festival.

La côte d’Azur fait son festivalparc-phoenix

Cannes et Paris au printemps, même combat ? Combien de montées des marches sous la pluie contre combien de sets à Roland Garros interrompus par les averses ? En fait, et contre les idées reçues, les statistiques tombent comme un couperet : il pleut plus en un an à Cannes qu’à Paris !

Envers et contre toutes les probabilités, nous avons joué une partie de poker cette semaine du 1er mai, en prenant la direction du sud-est ! Départ Toulouse 7°, passage par Narbonne même température, pas plus de 9° vers Montpellier, une douzaine de degrés vers Marseille sous les averses… Le doute s’installe dans l’habitacle de la voiture.

Cannes la croisetteFinalement nous posons valises et sécateurs à Fréjus avec un petit 17° sous un ciel menaçant. Le reste de la semaine sera pourtant, malgré toutes les spéculations des ‘prévisionnistes’, relativement agréable.

A Cannes commence LA côte d’Azur ! Je veux dire que c’est la limite géographique (mais non officielle) historique de la Riviera Française. Cette côte mythique qui replonge le visiteur dans un glorieux passé où il était de bon ton pour la bourgeoisie de toute l’Europe de voir, et surtout d’être vu. C’est la seconde moitié du 19ème siècle qui vit l’apogée de cet engouement, en témoigne les hôtels particuliers et palais qui jalonnent le bord de mer, et où l’on peut voir furtivement à la faveur de l’ouverture d’une grille ou par-dessus un mur des jubaea ou des brahea centenaires, spectateurs vivants de ce prestige fané.

Reste donc aujourd’hui quelques lieux incontournables, à commencer par le Jardin exotique de Monaco,  son petit frère d’èze, la villa Ephrussi, la villa Thuret…

De Fréjus à Cannes la route côtière perd son accent provençal dans le massif de l’Esterel. Ses terres rouges sont un avant-goût d’Arizona ou d’Australie, où les mimosas se sont naturalisés dans ces décors de carte postale.

La traversée de Cannes par la croisette se fait en cabriolet ou ne se fait pas. C’est le meilleur moyen pour lever la tête et admirer les stipes tendus des nombreux palmiers plantés sur la baie. Washingtonia (robusta et filifera) et phoenix en grande majorité, mais aussi des butias, braheas, sabals, que l’on croise plus ou moins fréquemment dans la zone de l’olivier. Plus surprenant, des howeas, des syagrus, des raveneas, ou bien encore des archontophoenix, contribuent à la touche exotique, en tout cas pour le simple jardinier de zone USDA 8 de passage !   Signe que l’on est bel et bien dans l’une (pour ne pas dire la) des zones climatiques les plus favorisées de l’hexagone. Ici certaines plantes dites d’appartement se retrouvent même au jardin (Ficus elastica par exemple).

Nice est moins huppée, plus authentique et plus populaire diront certains. Abandonnée en tout cas par les Anglais qui ont pourtant contribué à forger sa légende, et ont donné leur nom à la fameuse promenade. Promenade au bout de laquelle se trouve une colline (dite colline du château, mais ce dernier n’existe plus) bien sympathique à gravir et qui offre au visiteur motivé une vue à couper le souffle sur la ville, le port, et la baie des Anges.

La ville est aujourd’hui fréquentée par les russes. Ces nouveaux riches reconnaissables, même sans les entendre à leurs tenues vestimentaires à la mode (d’un autre temps) et la pâleur de leur épiderme. Si leur intérêt pour la botanique venait un jour (qui sait ?) à égaler leur appétit pour les fêtes nocturnes arrosées, la côte d’Azur retrouverait alors immédiatement son rang historique de temple de l’acclimatation.

Il faut s’y résoudre, question de culture et question d’époque, la côte d’Azur n’est plus que l’ombre d’elle-même.parc-phoenix-3-320x240.jpg

parc-phoenix-5-320x233.jpgJ’aimerai toutefois mentionner ce parc public qui se trouve face à l’aéroport, le parc Phoenix. Ecrin de verdure couvrant tout de même 7 hectares, accessible pour le prix d’un simple café : 2€. Le parc se compose de plusieurs jardins à thèmes, agrémenté de nombreuses pièces d’eau, parfaitement entretenu, comportant des aires de jeux pour les enfants, de pique-nique, des zones animalières, et planté de quelques 2500 espèces végétales. Bref un moyen malin pour faire une sortie ‘botanique’ l’air de rien… et qui reste ludique pour toute la famille. La grande serre tropicale qui est l’une des plus grandes d’Europe vaut à elle seule le détour. A condition de s’y rendre juste à l’ouverture, à la fermeture ou pendant les  heures de repas. Sinon la luxuriante nature devient une kermesse de fête foraine. Et oui, un couvercle de verre de 25m de haut ça résonne quand il y a du monde dessous..

J’aurais voulu passer par le jardin zoologique tropical de notre ami Jean-Michel à Lalonde (83) mais malheureusement le temps imparti était écoulé, partie remise.

Bon allez, j’arrête mon cinéma et vous donne rendez-vous en juin pour un nouveau buzz…

tolosa toulouse France Extotica voyage trip côte d'azur fréjus cannes nice st tropez lalonde riviera alpes maritime var balade palmiers cactus plantes jardins serre

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site