indica

Août 2013 - Et le gagnant est : Canna 'Russian red' !

Et le gagnant est : Russian red !

 canna-russian-red-feuillage-aout-2012-640x480.jpg

Cette plante introduite par Ed Seyder (USA) a en effet reçu le prix AGM lors du concours Canna trials 2002 de Wisley (GB) sous l’égide de la prestigieuse RHS (Royal Horticultural society). Il s’agit d’une sélection de canna botanique (canna indica), et pour moi l’un des meilleurs cannas que j’ai eu l’occasion de cultiver, à ce jour.

‘Russian red’ fait partie de ces cannas que l’on appelle géants. La croissance est très rapide et sa stature en fin de saison, si les conditions de culture sont idéales, peut devenir impressionnante, oscillant entre deux et trois mètres !  C’est une plante idéale pour transformer le temps de la belle saison un coin du jardin en mini forêt tropicale. On peut donc l’associer sans faire de faute de goût aux musas, hedychiums, bambous, etc...


canna-russian-red-aout-2013-360x480.jpgCe canna a besoin de beaucoup de chaleur pour fleurir, mais le feuillage à lui seul reste néanmoins intéressant pour les régions à étés plus frais. Celui-ci est splendide (ne pas le planter à l’ombre pour obtenir ce résultat !). Les grandes feuilles tendres naissent pourpres puis tournent au vert olive en conservant une nervation rougeâtre du plus belle effet, surtout par transparence lorsque traversées par les rayons solaires. Dans la seconde partie de l’été, les vigoureuses tiges érigées émettent des inflorescences ornées de fleurs type ’orchidées’ d’une grande finesse, et d’un coloris orange à la fois lumineux et doux.

 Comme toutes les autres plantes du genre, et à l’instar des musas (bananier) ‘Russian red’ requiert un canna-russian-red-aout-2013-2-640x480.jpgemplacement abrité des vents violents, au soleil ou en lumière partielle (pour conserver le coloris pourpre du feuillage). A planter en sol riche mais drainant, et avec un arrosage régulier et conséquent en période de croissance. Je ne l’ai pas précisé, mais la plupart d’entre vous le savent déjà, il s’agit d’une plante vivace. C’est-à-dire que le feuillage ne résiste pas aux premières gelées, mais les rhizomes souterrains émettent de nouvelles tiges au printemps suivant. Je ne connais pas la résistance au froid des rhizomes en pleine terre, mais il serait judicieux de pailler la souche, voire de retirer quelques rhizomes pour les stocker hors-gel, dans les contrées aux hivers les plus rigoureux. Par précaution.

Ma souche provient de la pépinière fleurs du sud où vous pourrez vous la procurer. 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site